Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vendredi 21 mai à 20h, veillée littéraire avec Simon Pitaqaj, lecteur

dans la maison d'Alphonse Daudet

 

La soirée se termine par un repas offert par l'association.

 

particpation aux frais: 12 euros (adhérents)  - adhésion ponctuelle: 3 euros

 

                            DSCF1590 Simon Pitaqaj

 

 

Les carnets du sous-sol
De Fédor Dostoeïevski
        Traduction de André Markowicz


Lecture par Simon Pitaqaj

L’homme de sous-sol, est un homme paradoxal. Il cherche a se comprendre. Il refuse  le monde extérieur. Il hait les hommes d’action mais aussi ceux qui pensent. Il pense que sa maladie c’est d’avoir une conscience trop développée. Il sait aussi que son sous-sol, ce n'est pas la vie. Il cherche autre chose, quelque chose qu’il ne sait pas lui-même. Il rêve d’un monde libre, d’un homme libre qui agirait selon sa vonlonté, ses désirs, ses intuitions et non selon sa raison.


Extrait
"Maintenant, messieurs, je veux vous raconter, que cela vous plaise ou non, pourquoi je n’ai pas pu devenir un insecte. Je vous dis avec solennité : j’ai voulu devenir un insecte à des nombreuses reprises. Et, même là, je n’ai pas eu l’honneur.
Je vous assure, messieurs : avoir une conscience trop développée, c’est une maladie, une maladie dans le plein sens du terme.
Ma main au feu, vous vous dites que j’écris ça pour crâner, pour faire le malin sur les hommes d’action, et que je fais du tintouin odieux avec mon sabre, comme mon officier… Hola ! Messieurs, avez-vous déjà vu quelqu’un se vanter de ses maladies – ou, à plus forte raison, crâner avec ?
Que dis-je ? Mais tout le monde !… C’est bien de ses maladies qu’on se vante, et moi le premier.
D’accord ; ma réplique ne valait rien.
Et néammoins, je reste fermement convaincu que non seulement une conscience accrue, mais que toutes formes de conscience est une maladie. J’insiste.
Laissons cela aussi pour l’instant…"



Partager cet article

Repost 0