Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog





La famille s’y installe mi-mai 1887. Elle fait très peu de transformations, conserve quasi intacte l’implantation de la maison et du parc. Alphonse Daudet fait construire une salle d’armes et agrandir un petit bâtiment qu’il appellera l’ « isba ».

La propriété s’étend entre la route de Corbeil et la Seine, coupée en deux parties par le chemin du bas de Champrosay.

Le bâtiment principal, de type bourgeois, probablement construit sous le règne de Louis-Philippe, complète une construction plus ancienne : une ferme avec ses granges et sa cour pavée. Les deux architectures, de styles si différents, donnent un cachet original à cet ensemble en forme de T.
La propriété est protégée de la route par une grille, fermée de volets et renforcée par une rangée de marronniers et de tilleuls. La cour d’honneur, pavée et sablée, est garnie d’orangers en caisse.

La maison comporte une partie principale avec, au rez-de-chaussée un salon, une salle à manger et un cabinet de travail ; au premier étage se trouvent les chambres de la famille Daudet et au deuxième étage, celles des invités de marque (en particulier Edmond de Goncourt). L’aile comporte au rez-de-chaussée l’office, un réfectoire pour le personnel, une salle de bain (un luxe pour l’époque), et à l’étage les chambres pour le personnel et les invités.

Sur la gauche, derrière cette aile, se situe une petite cour pavée entourée de bâtiments : un pavillon – logement du jardinier - , une grande remise avec chambre aux graines et réservoir pour les eaux de Seine, une remise avec sellerie et écurie pour deux chevaux, un grenier à fourrage, une étable avec une vache qui  fournit le lait pour les enfants et des ânes pour leurs promenades.


Le parc à l’anglaise descend jusqu’à la Seine et se sépare en deux parties, séparées par le chemin de la Croix, de Champrosay à Soisy-sous-Etiolles, dit chemin du bas de Champrosay. La partie haute, de 3 hectares et 65 ares, est la plus importante. La partie basse, en bordure de Seine, fait 1 hectare et 82 ares.


Les pièces du rez-de-chaussée donnent sur une terrasse à laquelle on accède par un petit escalier : un espace recouvert de gravier est aménagé avec des bancs, des fauteuils et des  arbustes en pots.

Ensuite, un jardin d’agrément où Alphonse Daudet aime se promener, un bassin circulaire qu’il a fait agrandir, des terrasses, des massifs, des vases fleuris, un kiosque.

Plus bas, un potager, un verger en plein rapport, des bassins et des réservoirs d’eaux de Seine. Un petit bâtiment en briques masque le potager : il s’agit de l’ « isba », lieu de lecture et salle de billard. Puis le parc se divise en deux parties : à droite un bois, à gauche des jardins et des terrasses. De larges allées de marronniers ou de tilleuls , bordées de bancs, traversent le parc et les jardins, ainsi que des chemins recouverts d’arceaux où grimpent rosiers et vigne qui mènent au tennis. Tout en bas, une allée de tilleuls, appelée « allée du curé », longe le chemin du bas de Champrosay, auquel on accède par une grille en demi-lune qui existe encore.





De l’autre côté du chemin, une autre grille ouvre sur des bois, des taillis, des arbres et arbustes d’agrément. C’est là que se trouve le cabinet de travail hexagonal qu’Alphonse Daudet adopte tout de suite.

En remontant, à droite de la maison principale, plusieurs bâtiments, un véritable petit village : l’une de ces habitations est réservée à Jules Ebner, le fidèle secrétaire d’Alphonse Daudet, et à sa famille.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :